Problématique

Comment améliorer la PMA en football ?

 

Nous pouvons distinguer 2 axes de travail intermittents permettant de développer les qualités d’endurance du footballeur :

 

  •  Un travail d’origine centrale
    • Le travail de la PMA pour le développement de la consommation maximale d’oxygène (VO2max)
  • Un travail d’origine périphérique
    • Le travail de la PMA pour améliorer la capacité à réitérer les efforts brefs et explosifs au fil du match.

 

Pour ces 2 axes de travail intermittents, on distingue différentes catégories d’efforts : les efforts intermittents longs (1.30 à 6 min), mi-longs (45s à 1.30 min) et courts (2s à 30s).

 

Exemples d’efforts intermittents utilisés au football :

Durée de travail / durée de récupération

5s/15s – 5s/25s – 10s/10s – 10s/15s – 10s/20s – 20s/10s – 15s/15s – 15s/30s – 30s/30s – 30s/15s – 45s/15s

Sur un même temps de travail, on peut varier et mixer les temps de travail et récupération.

 

Afin de permettre au footballeur de développer ses capacités d’endurance :

  • Il faut varier le % de Vitesse Maximal Aérobie (80 % à 125 %), vitesse à laquelle notre consommation d’oxygène est maximale
  • Il faut varier le volume (durée du bloc et nombre de bloc)
  • Il faut varier les temps de récupération et la nature de la récupération (passive – à l’arrêt, active – en mouvement)

 

Il est important de travailler sur la PMA pendant la période spécifique de préparation d’avant saison et de maintenir ce travail durant la période de compétition.

 

Les tests de VMA permettent d’évaluer chaque joueur suivant le poste qu’il occupe et adapter ainsi les séances et le travail athlétique à mettre en place.